Teddy Dewitte, Directeur Général Délégué de Flornoy

Je suis Directeur Général Délégué de FLORNOY, une société de gestion d’actifs en France et en Suisse. Cela fait 27 ans que j’exerce les métiers de la finance de marché à New York, Londres et Paris auprès de grandes institutions financières telles que Prudential, Société Générale CIB, Lehman Brothers, ABN Amro, Nomura et Deutsche Bank.

Je suis également un mari et le père de trois filles. Pourtant, je ne me suis éveillé qu’en 2019 (sic) au fait que la parité pouvait être un sujet ! Plus je lisais sur le sujet, moins je comprenais la raison de l’existence d’une telle injustice. Pour ne pas dire bêtise.

Etant quelqu’un d’assez basique et pragmatique je ne m’explique toujours pas comment on peut priver les entreprises du capital intellectuel de genre des femmes qui est totalement impossible à reproduire sans elles.

Si besoin est de rappeler que le genre humain comporte moitié de femmes, quels arguments peut-on bien avancer pour se priver de leur vision spécifique ? C’est forcement destructeur de valeur et contre-productif.

Là où cela devient très intéressant, c’est quand on réalise que les entreprises avec une meilleure parité obtiennent des résultats supérieurs. Les travaux sur le sujet sont innombrables et force est de constater qu’une certaine prise de conscience a lieu depuis 18 mois. Pour autant on voit assez peu de changement tangible. Les entreprises et les postes à responsabilités de notre tissu économique sont en véritable carence de femmes !

C’est pour cette raison que nous avons crée un OPCVM actions internationales investissant exclusivement dans des sociétés cotées dont le CEO est féminin « Valeurs Féminines Global ». C’est dans ce cadre que PWN et FLORNOY sont partenaires afin de poursuivre la voie du concret pour la parité professionnelle. Tant que le monde ne mettra pas en pratique les bénéfices de la parité, notre fonds devrait tirer avantage à soutenir les sociétés avec une gouvernance féminine. Cette dernière force le rééquilibrage nécessaire et contribue à procurer une vision plus large du business.

J’espère sincèrement que nous irons plus loin sur les quotas des Comités Exécutifs afin d’enclencher le même mouvement que celui de la loi Copé-Zimmerman de 2012, dont on peut dire avec le recul qu’elle est un franc succès. Là encore, le lobbying actif de PWN est utile et se démarque de ses pairs qui restent souvent trop dans le « soft power ».

Je voudrais donc en profiter pour vous remercier et j’encourage tous vos membres à porter la voix !  

We use cookies to ensure you get the best experience on our website. Find out more here.

I accept cookies from this site